AccueilFAQRechercherPartenairesS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Attente contre apparition... [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lilith Sevoth
Luxure

Luxure
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 25
Localisation : Dans une cave sombre, avec un sourire sadique aux lèvres... Tiens, vous êtes là?
Métier ou année d'étude : Quatrième
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Attente contre apparition... [Libre]   Lun 12 Jan - 23:35

Lilith marchait à grand pas vers les Dortoirs de la Colère. Depuis cinq ans qu'elle était ici, elle n'y avait jamais mis les pieds. En même temps, comment lui en vouloir? S'approcher d'autres Dortoires que les siens serait la preuve qu'elle avait quelqu'un à aller voir, soit par amitié (ce qui ne pouvait bien evidemment pas être le cas, étant donné qu'elle n'avait jamais adressé la parole à qui que ce soit ici), soit pour un réglement de compte (ce qui ne pouvait pas non plus être le cas, étant donné qu'elle n'était pas dans la Colère et qu'elle préférait gérer ses petits problèmes en privés... Problèmes qu'elle n'avait d'ailleurs jamais eu.), ou encore pour ferrer une proie (ce qui était tout autant impossible car pour draguer, il aurait fallu parler, ou du moins choisir une proie sociable... ce qui n'étais pas le cas des Colérique : autant jouer dans sa propre maison, cela aurait été beaucoup plus simple!). Toujours était-il que depuis trois mois, une frimousse flottait dans son crâne, l'empêchant de se concentrer tout à fait, la distrayant quand elle avait besoin de calme, se moquant d'elle lors qu'elle s'empêtrait dans des situations impossibles... En temps normal, une telle rencontre ne l'aurait pas marquée. Elle se serait empréssée d'oublier le mioche, surtout s'il la fuyait, et ne se serait pas posé plus de question. Mais voilà, il s'était interessé à elle, il lui avait porté de l'interêt, l'avait fait rire... L'avait touchée, aussi. Et sa fuite l'avait blessée. Lilith avait tenté de revenir à sa vie normale, de continuer d'éviter les autres comme elle l'avait toujours fait, et de vivre sa vie comme elle l'entendait. Elle avait essayé... Vaine tentative. Araménis ne la quittait plus. Au Val, en revanche, il semblait l'éviter. Elle ne l'avait qu'aperçu deux ou trois fois, et, soit qu'il ne l'avait pas reconnu, ce dont elle doutait (comment louper sa coupe...spéciale?), soit il ne voulait pas lui reparlé, ce qui l'énervait franchement. Il n'avait qu'à pas commencé, après tout! Non mais...

Et en ce samedi, Lilith avait décidé de lui forcer la main. Elle s'était débarassée de cet uniforme si... scolaire, et avait revêtu une robe de cuir à col montant (et qui faisait limite maîtresse dominatrice, mais bon, peut importait. Avec un peu de chance, les élèves la laisseraient tranquilles, du coup...) élegamment lacéré, avec des bas résilles en loque, ses Viviennes Westwood, des mitaines en laine noire pour cacher ses cicatrices (dont plusieurs étaient encore fraîches) et une jarretière pour le fun. Et la voilà partie à l'extérieur, bras et jambes presques nus (et ce n'était pas la robe qui lui arrivait à mi-cuisse qui allait lui tenir chaud), déterminée à faire le pied de grue pendant toute la journée s'il le fallait. Elle trouverait Araménis, même s'il lui fallait mourir d'hypothermie pour cela! Non mais. Elle était folle, têtue, et violente. Mais surtout têtue. La jeune fille arriva devant les Dortoirs. Autre problème. Que faire, maintenant? frapper et entrer? Entrer sans frapper? Attendre?

L'adolescente opta pour cette dernière solution, et s'adossa contre le mur de pierre froide, aussi confortablement que possible (c'est-à-dire pas tellement, parce qu'un mur de pierre à la fin de l'automne, c'est pas ce qu'on fait de mieux en matière de confort) et ramassa quelques cailloux histoire de bombarder les pigeons qui avaient le malheur de croiser sa route. Il lui sembla (mais peut-être n'étais-ce juste que de la paranoïa?) que plusieurs élèves qui passaient devant elle jetaient un regard soit appréciateur (sa robe mettait bien en valeur ses courbes, elle avait sorti le grand jeu!) ou peu amène (des Colériques, certainement).

Elle était prête.
Elle attendit.
Encore.
Encore.


*Par Mephisto, Araménis, tu vas te décider à sortir oui ou non?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramenis Blackard
Colère

Colère
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 25
Localisation : Dans les plus sombres de vos cauchemards... ou peut être ne suis-je nulle part et partout à la fois?
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Mar 13 Jan - 18:42

[ Me revoila Twisted Evil ]

Ca faisait trois mois maintenant que j’étais à l’école du Flux. Trois moi, au cours desquels je n’avais adressé la parole qu’à une seule personne… Lilith… Son nom, son visage, son rire, m’obsédaient, me rendaient littéralement fou. Jours et nuits, je repensais à mon premier jour dans cet établissement. Je ne l’avais que brièvement croisée dans les couloirs de l’école, et chaque fois, j’augmentais la cadence de mes pas, à un point tel que je finissait presque toujours le chemin vers les dortoirs dans une course effrénée.

Ce jour la, je m’étais levé tard, et avais pris un certain temps à m’habiller. Assis sur le bord de mon lit, je jetais un coup d’œil à la pièce. Quatre murs de briques froides, nu, dans un piteux état, encadraient quelques lits – qui relevaient cependant plus de la vulgaire planche de bois, mais soit – bancals, dont la plupart étaient à cette heure placés à le verticale. J’avais moi aussi été victime de ce qu’on pourrait appeler un bizutage : vers deux heures du matin, je me suis retrouvé tête en bas, contre le sol gelé du dortoir, on avait mis le lit « en cathédrale », mais je ne m’en suis pas plaint. Je m’estime d’ailleurs plutôt heureux de ne pas avoir reçu un seau de 5 litres d’urine dans le visage...

Je me suis levé, me suis habillé en vitesse, et me suis dirigé vers la porte en vue d’aller prendre mon petit déjeuné. Lorsque j’ai franchi la porte, mon cœur a fait un bond. Elle était la, adossée contre le mur, habillée d’une façon étrange, une nouvelle fois, mais cela ne me surpris pas le moins du monde.

- Bonjour, Lilith.

Elle portait du cuir, un porte jarretelle, des mitaines et des bas résilles... L’ensemble était très sexy. Pourquoi diable avait elle choisit une telle tenue pour venir me voir – car il ne faisait aucun doute qu’elle n’étais pas restée dans le froid afin de jeter des pierres sur des pigeons - ? Et d’ailleurs, pourquoi était elle venue me voir ? Je ne savais pas quoi lui dire, et décidais d’improviser :

- Ecoute, je m’excuse pour la dernière fois, bien sur que je voulais parler mais...

J’avais dis exactement ce que je ne voulais pas dire. Je lui avais avoué que j’aurais aimé lui parler. Cette fois, je ne voulais pas me braquer et faire demi-tour, alors je pris une grande inspiration et poursuivis :

- Mais tu es la seule personne que j’ai l’espoir de considérer comme amie, et non ennemie. Je n’ai jamais aimé personne, à part mon grand père, n’ai jamais eu d’amis, de confident. Mais je t’apprécie Lilith, et ça me fait peur.

Je m'assis à côté d'elle, le regard vide, et pris part au massacre de pigeons d'un air nonchalant. J'attendais une réaction, mais je l'appréhendais aussi. Des milliers de questions se bousculaient dans ma tête. Comment Lilith allait elle réagir à mes propos ? Pourquoi voulais-je une amie ? Pourquoi la mélancolie me submergeait elle en cet instant ? Et surtout, pourquoi avais je l'impression de regarder ce qui se passait comme si j'étais au cinéma ? Pourquoi, avais-je l'air si triste ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rdg.forumactif.fr
Lilith Sevoth
Luxure

Luxure
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 25
Localisation : Dans une cave sombre, avec un sourire sadique aux lèvres... Tiens, vous êtes là?
Métier ou année d'étude : Quatrième
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Mer 14 Jan - 0:07

Araménis se décida enfin à montrer le bout de sa mignonne frimousse. Il en aura mis, du temps!Ces jeunes... Beaucoup trop nonchalant. Lilith observa avec plaisir son look grunge cool, qu'elle pensait ne plus revoir de près. Un sourire naquit presque malgré elle sur ses lèvres non maquillées (une fois n'était pas coutume). Elle se reprit bien vite, ne voulant pas montrer qu'elel était contente de le revoir. Elle préférait qu'il la croit blessée et en colère ce qu'elle était sans nul doute... Ce qu'elle avait oublié quand elle avait vu son visage tout mignon! Décidement, ce gosse, à sa manière, la rendait dingue. Ce qui l'inquiétait quant à son état mental. Enfin, encore plus que quand elle se coupait volontairement pour voir du sang, ou qu'elle cherchait un cobaye pour sa nouvelle invention. Inquiétant bilan... Le garçon la salua d'un air géné en détaillant sa tenue (qui paru d'ailleurs ne pas le surprendre, et peut-être lui plaire... Tant mieux, c'était le but. Une personne de sexe masculin peut rarement résister à une fille habillée avec une tenue sexy. C'était un fait avéré.) Il avait l'air de se demander ce qu'elle faisait là, et vint s'adosser aux murs à ses côtés pour martyriser les pigeons lui aussi. La jeune fille attendit qu'il continue sur sa lancée, elle n'avait pas l'intention de parler la première. Cela ne tarda pas : il s'excusa d'avoir fui, avoua qu'il aurait aimé lui parler, et lui confia qu'elle était la seule qu'il pourrait considerer comme son amie. Bien. C'était juste ce qu'il fallait à l'élève de la Luxure. A présent, elle pouvait prendre la parole... agir.

"Araménis... Il ne faut pas fuir ce qu'on ressent. Mais assumer jusqu'au bout. Pourquoi serais-je la seule à pouvoir obtenir ton amitié? Les autres ne sont pas tes ennemis, ne fais pas la même erreur que moi. Si tu m'apprécie, tu peux apprécier les autres, même si je t'avouerais qu'ils sont pour le moins étranges... Enfin comme tout le monde ici!"

Elle marqua une pause et envoya un caillou dans la tête d'un volatile qui tomba raide sur le sol. Dix points pour elle. Elle fixa son regard sur le crâne défoncé de l'oiseau, pensant qu'il étaient tous mortels... Et que c'était grisant de ne pas connaître l'échéance de sa propre mort. Ce pigeon, ce matin, avait décidé de s'offrir une petite balade. Il avait dit au revoir à Madame Pigeon, et aux Bébés Pigeons, avait ébouriffé ses plumes pour se donner un air important... et avait croisé la route de Lilith, pour son malheur. Fixant toujours le sang qui s'écoulait lentement et la faisait se sentir bien, elle avoua, sans regarder son compagnon:

"J'ai beaucoup pensé à toi, tu sais. Me préoccuper de quelqu'un d'autre ne m'était jamais arrivé... En fait, PARLER avec quelqu'un d'autre qu'Adélaïde et aux professeurs... ça m'étais pas arrivé depuis que je suis ici. Je me suis volontairement éloignée des autres... Mais toi, tu revenais sans cesse... Sans me laisser en paix! C'est d'ailleurs assez frustrant de se voir rembarrée par un élève qui a 4 ans de moins que soi, tu savais? Enfin bref, voilà, j'en ai eu ras les dreads que tu m'évite -pas la peine de nier, ça se voyait!- et je suis venue. Donc soit tu me rembarre encore, et je ne viendrait plus, soit tu accepte ce que tu ressens. Sachant qu'il doit y avoir a peu près... une heure et demie que je gèle ici. Cela déterminera peut-être ton choix..."

Lilith, toujours sans le regarder, lui prit la main et la posa sur son bras, pour lui faire toucher sa peau gelée. Et certainement, inconsciemment, pour essayer de le séduire. Inconsciemment, parce qu'elle ne maîtrisait pas vraiment cette partie d'elle... Bien sûr, des fois, elle le voulait. Mais n'avait jamais cédé à la tentation. Il ne fallait pas qu'Araménis soit le premier à tester le résultat de quatre années de cours. Le pauvre... L'adolescente planta son regard bleu sombre dans ses yeux verts et souffla, aveu terrible qui déterminerais certainement sa vie future:

"Tu m'as manqué, Araménis. Ne m'oblige pas à la répeter."

Sa main était toujours sur le bras de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramenis Blackard
Colère

Colère
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 25
Localisation : Dans les plus sombres de vos cauchemards... ou peut être ne suis-je nulle part et partout à la fois?
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Sam 17 Jan - 1:58

Elle me répondit ce que j'avais entendu maintes et maintes fois de la bouche de psychiatres paumés, mais cette fois, ces paroles résonnèrent différemment dans ma tête. Apres tout, assumer ce qu'on ressens n'est peut être pas un mal ? D'ailleurs, elle venait de me livrer ce qu'elle ressentait, et elle n'en est pas morte... à vrai dire, elle avait plutôt l'air soulagée. Et pour me prouver qu'elle était plus décontractée, elle offrit un aller simple pour le paradis à un volatile qui s'était posé non loin de la.
Ensuite, et je ne m'y attendais pas, elle reprit en m'avouant qu'elle avait beaucoup pensé a moi, qu'elle n'avait jamais parler a quelqu'un a part moi, Adélaïde et les professeurs; que je revenais sans cesse hanter ses pensées, et que, voyant que je l'évitait, elle était venue me parler. Cette déclaration me fit légèrement rougir, mais je reprit mes esprits en me persuadant de ne regarder son accoutrement très... sexy. C'est alors qu'elle me prit la main, et qu'elle la déposa sur son avant bras. Elle me lança ensuite, tout me regardant droit dans les yeux " Tu m'as manqué, Araménis. "...

Je fit un grand sourire, et répondit :

-Bon, qu'est ce qu'on attend pour aller déjeuner ?? Il fait froid ici, et j'ai une de ces faims !

Je me relevait, en la tirant par le bras et me mit à marcher en direction du bâtiment principal. Je serrais sa main dans la mienne, et la regardait, sourire aux lèvres :

-Allais, je sais que tu a faim Lilith ! Viens, on prendra des pains au chocolat et un chocolat chaud ! Ha, c'est vrai, tu dois peut être surveiller ta ligne pour garder se corps sublime, c'est pas grave, on mangera ce que tu veux, mais je t'en prie, j'ai vraiment faim la !

Et comme pour confirmer mes dires, mon ventre se mit à gargouiller.

-Tu n'as pas honte de t'afficher avec moi j'espère ? T'as pas honte, hein ? Tu sais quoi ?

Je me baissais et ramassait une marguerite. Que je plantai dans ses cheveux.

-Voila ! T'es encore plus cool comme ça ! Mais en faite la marguerite, ça le fait pas trop... Tiens, voila une rose rouge ! C'est joli les roses ! Et ce n'est pas un prétexte pour t'offrir des fleurs, si tu veux tout savoir, j'ai croisé une jolie fille la dernière fois, qui m'a l'air beaucoup plus accessible que toi !

Et j'éclatais de rire... d'un rire joyeux comme je n'en avais jamais exprimé. Cette Lilith avait définitivement changé quelque chose en moi. J'avais une amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rdg.forumactif.fr
Lilith Sevoth
Luxure

Luxure
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 25
Localisation : Dans une cave sombre, avec un sourire sadique aux lèvres... Tiens, vous êtes là?
Métier ou année d'étude : Quatrième
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Jeu 29 Jan - 23:38

Lilith écouta, retrouvant son sourire mi-narquois, mi-amusé, le monologue de son compagnon, qui avait l'air d'avoir très faim. Il n'avait qu'à pas se lever si tard! La jeune fille eut un rire lorsqu'il lui parla de son "corps sublime"... Evidemment, mis en valeur par cette robe, et toute ses autres tenues, il ne pouvait pas l'avoir loupé. Tel était le but. Provoquer, pour mieux montrer tout en sûreté. Toute une technique de séduction... Malheureusement, elle était loin d'égaler son idole cachée : s'eut été inconvenant d'avouer qu'elle admirait quelqu'un. Elle n'avait besoin de personne, enfin en apparence et jusqu'à maintenant, jusqu'à l'arrivée d'Araménis. Mais il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis, non? Elle était loin de l'être, enfin du moins le pensait-elle, vu qu'elle avait presque réussi à invoquer Méphisto, et qu'elel avait inventé un poison. Tout dépendait de quelle intelligence on parlait... Mais bon, mais bon... Le Colérique la tirait par le bras en direction du bâtiment principal, tout en lui demandant si elle n'était pas honteuse de s'afficher avec lui. Honte? Quelle question idiote. Si elle avait honte, elle ne serait jamais venue le voir devant les dortoirs de la Colère. Tsss, ces jeunes ne réfléchissent pas assez. Cela dit, elle aussi est jeune. Oui, mais fille, donc forcément beacuoup plus mature. Telle étaient ses réflexions alors qu'elle s'apprétait à répondre à son ami.

Soudain, celui-ci decida tout bonnement de lui flanquer une marguerite dans les cheveux. Mauvaise idée, c'est moche, ces fleurs là! il s'en rendit compte par lui-même, et la lui retira prestement (il fit bien, elle avait failli pêter un plomb), pour la remplacer par une rose, beaucoup plus esthétique il fallait bien le dire. Une rose rouge qui jurait avec le bleu de ses cheveux, mais qui lui fit plaisir tout de même. Araménis lui parla d'une fille "plus accessible" qu'elle qu'il avait croisé.


- Eh bien qu'attends-tu, jette-toi sur elle! Tu vas la voir, tu... Oups, désolée... J'ai rien dit!

La jeune fille mit ses deux mains devant sa bouche en faisant une grimace joyeuse. Elle se sentait bien. C'était vraiment étonnant cette aptitude des amis à vous donner la joie de vivre, vous qui êtes habituellement morose. Lilith garda la fleur dans ses cheveux, et le suivit (plus ou moins forcée) vers le réféctoire. Leur première rencontre lui revint à l'esprit, en filligrane derrière le sourire que lui adressait son ami. Son ami... A-M-I... Un mot qu'elle n'avait jamais utilisé. Mais assez parlé de ça! Les deux élèves entrèrent dans le réfectoire et s'assirent comme si de rien n'était. D'ailleurs, en apparence, rien n'avait changé! Seulement de manière invisible. La jeune fille regarda Araménis dévorer avec appétit des viennoiseries : elle-même n'avait pas faim, ayant tout d'abord un appétit de moineau (qui coincidait avec sa taille fine) et ayant aussi avalé un thé et un morceau de pain après s'être levé. Sa subsistance jusqu'au midi était assurée. C'était amusant de voir quelqu'un manger. Elle patienta avec le sourire aux lèvres et une impression étrange de gaité. Guimauve. Voilà ce à quoi elle pensait. De la ... guimauve. Peut-être était-ce ce qu'elle pensait de cet écoeurante douceur qui emplissait son cerveau.

-Alors, Araménis... Tu veux faire quoi? Tu as des projets...? Sinon, j'aimerais te montrer quelque chose... Enfin, si tu promets de garder le secret, hein!

Pour une raison très étrange, elle lui faisais entièrement confiance. Elle attendit sa réponse, les mains croisées sous son menton en le regardant droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramenis Blackard
Colère

Colère
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 25
Localisation : Dans les plus sombres de vos cauchemards... ou peut être ne suis-je nulle part et partout à la fois?
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Ven 6 Fév - 23:10

[ HRP : Et voila, ca va ( enfin ? ) rebondir un peu cette histoire ^^ Désolé d'avoir mis tant de temps, mais j'avais écrit un super truc, j'ai prévisualisé, et " Veuillez entrer votre nom d'utilisateur et votre mot de passe " ... Et merde ! Tout perdu... Bon, je recommence donc. ]

Elle m'écouta parler, un petit sourire aux levres. Elle rit lorsque je lui parla de son corp sublime. Lorsque je lui ai parlé d'une fille plus " accessible " qu'elle que j'avais croisé - fille qui bien entendu n'était que pure invention destinée à dissimuler des sentiments naissant pour elle -, elle me répondit que je devais me jeter sur elle, puis s'interrompu et placa ses mains sur sa bouche, à l amanière d'une enfant de 8 ans.

Elle me regardais engloutir des dizaines de croissants et un grand bol de chocolat chaud, puis elle me demanda soudain si j'avais des projets, sans quoi elle se ferait un plaisir de me montrer quelque chose à la seule condition que je garde bien le secret. Je répondit :

-Bien chur, che cherais avec plaisir, mais tu ne manche pas toi ??

J'avalais ce qui me restait de croissant, prenant conscience que parler la bouche pleine était plus qu'incorrect, et repris :

-Excuse moi, il me restait un peu de croissant dans la bouche... Mais je serais ravi de voir ce que tu veux me montrer !

J'eu soudain une idée folle, et qui plus est totalement défendu dans cet établissement, une idée peut être stupide - sûrement -, mais si irrésistible... J'ai enrouler mes bras autour de son cou, ai rapproché sa tete de la mienne, et ai déposé mes levres sur les siennes. Je ne me souciais pas le moins du monde des choses suivantes :

1.Sa réaction. Connaissant Lilith, elle allait certainement entrer dans une colère folle, et me coller une giffle magistrale.

2.Au moins 50 personnes nous regardaient... et ce n'étaient pas vraiment des personnes sympathiques.

3.Caliban allais me tuer, mais rien ne comptait, à part elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rdg.forumactif.fr
Lilith Sevoth
Luxure

Luxure
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 25
Localisation : Dans une cave sombre, avec un sourire sadique aux lèvres... Tiens, vous êtes là?
Métier ou année d'étude : Quatrième
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Lun 9 Fév - 23:48

[HRP: Effectivement, ça rebondit ^^ Et c'est pas encore fini, je pense ... Enfin, on verra bien ce que tu réponds à ça innocent ]

Lilith sourit lorsque son compagnon parla la bouche pleine : elle faillit lui en faire la remarque, mais au dernier moment, s'en empêcha pour les bonnes et simples raisons que premièrement, elle n'était pas sa mère et que deuxièmement, elle pouvait être pire, parfois : une remarque aurait été malvenue! Araménis vida sa bouche recommença sa phrase, puis la regarda de manière étrange pendant peut-être une seconde. Il s'approcha soudain, mit ses bras autour du cou de la jeune fille et l'embrassa.

Ce baiser déclencha chez Lilith une foule de sentiments et de questions. Son cerveau tournait à plein régime. Elle ressentait tout d'abord une agréable sensation de bonheur, mièvre et tout en rose. Mais bientôt le doute refit surface : pourquoi avait-il fait ça? Il n'avait aucune raison, et risquer une sévère punition par Caliban, si on rapportait son geste. Et des fayots, il y en avait, ici. Alors pourquoi? Sa méfiance s'était réveillée, balayant d'un coup la confiance qu'elle avait placée en lui. Il se moquait d'elle. Une bonne cinquantaine de personne avaient les yeux rivés sur eux, l'air goguenard, répugné ou tout simplement impénétrable. Lilith sentit, chose qui ne lui était pas arrivé depuis des années et de années, ses joues s'enflammer. Il fallait réagir. Et vite. Mais comment? Elle prenait plaisir à se faire embrasser ainsi, mais soyons réaliste, il fallait que ça cesse. Et tout de suite. La jeune fille saisit les poignets minces de son ami, et se délivra de son étreinte, arrêtant par la même occasion ce contact - dommage. Elle envoya ses sentiments aux tréfonds de son cerveau, puis le regarda de manière indéchiffrable, laissant le froid la gagner et peu à peu envahir sa gorge. Ses pupilles bleues prirent une teinte acier, et elle parla, avec la voix d'un troisième année de la Luxure (dont elle connaissait bien les modulations de sa voix), qu'elle fit partir de l'autre bout du réfectoire:


" Oh nan, Araménis! T'as gagné ton pari! Je te dois vingt euros... Quel cran, mon gars!"

Personne n'était au courant de son petit talent personnel d'Infectée... Cela devrait suffir à stopper les lèche-bottes ... Ici, les paris étaient considérés comme normaux. Mais peut-être que Caliban en aurait vent quand même... Peu importe. Le froid reflua, et ses iris redevinrent de ce bleu profond que tout le monde connaissait. Araménis ne pouvait avoir manqué le changement, étant donné qu'il ne la quittait pas des yeux. Elle reprit sa voix normale, et lui lança d'un ton narquois, ses émotions profondes toujours enfouies au fond d'elle:

"Bah bravo, on parie sur moi avec ses amis, maintenant! Félicitations, Monsieur! Tu vas subir ma vengeance, espèce de petit..."

Personne ne sut jamais quoi, puisqu'elle enroula ses doigts autour du poignet de son ami et le traîna à toute vitesse hors du réfectoire. Ils dévalèrent les escaliers jusqu'au sous-sols et elle bifurqua sans ménagement à gauche, s'éloignant des Douches des Filles, empruntant des couloirs, des passages inconnus des autres élèves, montant, descendant, s'enfonçant toujours plus profondément dans le labyrinthe des souterrains. Puis elle s'arrêta, à bout de souffle. D'un geste, elle retroussa sa robe, et sortit sa paire de ciseaux d'un main, tout en plaquant Araménis contre le mur de l'autre. Lilith approcha les lames aiguisées du garçon, la respiration saccadée. C'est seulement à ce moment qu'elle autorisa ses émotions refoulées a revenir envahir sa réflexion, l'empoisonnant peu à peu. La vague de méfiance l'emporta sur tout le reste.

"Pourquoi... t'as fait ça? Tu voulais prouver quoi? Qu'en bon mec, tu savais embobiner tout le monde? Bordel, Araménis, explique-toi, sinon je te laisse là, et je me barre sans toi. Sachant que personne ne connaît ces souterrains aussi bien que moi, à mon avis. Donc... donc..."

*Mais pourquoi j'arrive pas à lui claquer tout ce que j'ai envie de lui dire? Pourquoi j'arrive pas à le laisser là, vu qu'il ne mérite que ça? Pourquoi j'ai peur qu'il fasse la rencontre de Caliban?*

Tout à coup, elle laissa tomber son arme favorite au sol, et la suivit aussitôt. Agenouillée sur le sol de pierre, tournant le dos au "fautif", elle saisit la lame à pleine main, et par trois fois s'entailla d'un geste vif la peau de l'intérieur du poignet, à un endroit miraculeusement préservé. Le sang se mit à couler, vie écarlate, en ruisseaux qui se rejoinrent bientôt et tombèrent sur le sol, larmes de vampire symbolisant celles que les yeux de Lilith ne voulaient pas laisser échapper. Plutôt mourir que de pleurer.

"Voilà ce avec quoi tu est lié, Araménis... Un monstre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramenis Blackard
Colère

Colère
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 25
Localisation : Dans les plus sombres de vos cauchemards... ou peut être ne suis-je nulle part et partout à la fois?
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Mar 10 Fév - 17:55

[ HRP : Ouf ! Ha oui, en effet, pour rebondir, ca rebondit ! Bon, hé bien à moi Wink ]

Elle n'a pas réagit immédiatement, ce qui me laissait penser - mais j'avais peut être tort - qu'elle appréciait le baiser, mais bien que j'aie imaginer toutes sortes de scénarios, j'ai ommis d'inclure celui qui s'est déroulé. Ces yeux d'un bleu magnifique prirent soudainement une teinte grisée, presque métalisée, et sa voix changea. Quelqu'un dans la pièce avait donc la capacité de parler à travers la bouche d'une autre personne. Ce qui me dérouta plus encore, étaient les phrases que l'individu prononcait :

-Oh nan, Araménis! T'as gagné ton pari! Je te dois vingt euros... Quel cran, mon gars!

Moi ? Un pari ? Je n'eu pas le temps de démentir l'information que déjà les yeux de Lilith reprirent leurs teinte habituelle, et qu'elle recouvra sa voix. J'étais abassourdi, ne comprenant absolument rien à ce qu'il ce passait. Elle prit la parole pour me signifier un mécontentement prévisible, et proféra des menaces à mon égard. J'aurais voulu lui dire que tout ceci n'était qu'un complot mais deux choses m'en empéchaient : je demerais à cet instant incapable d'émettre le moindre son, de dire ne serait-ce qu'un seul mot, une seule syllabe ; et elle ne me croîrait pas, de toute manière. Je ne préférai même pas tenter le coup, c'aurai certainement eu pour seule conséquence de la faire enragé plus encore.

Elle me prit par les poignets, et m'entraina dans les souterrains de l'école. Ceux-ci m'étaient totalement inconnus, et ne devaient sûrement l'être que par quelques élèves et par Caliban lui même, or la dernière chose que je souhaitais étais de tomber sur le directeur qui aurait à coup sûr envoyer ma tete rejoindre sa collection de membres humains. Elle nous arrêta au beau milieu d'un couloir de pièrres sombres et humides, recouvertes en partie d'une mousse verdâtre et de champignons. Des insectes cavalaient le long des briques sur lesquelles j'étais désormais plaqué, Lilith m'y ayant forcé. Mesure de sécurité suplémentaire de sa part afin d'éviter toute fuite - et aussi je pense pour me prouver qu'elle ne rigolais pas -, elle me plaqua une paire de ciseaux fortement aiguisés contre la gorge. Cette précaution étais fort innutile puisque mes jambes refusaient de bouger, mais elle ne pouvait pas le savoir, quoi qu'elle s'en eu fort possiblement douté.

Elle me demanda pourquoi je l'avais embrassée, si j'avais voulu par la me prouver quelque chose, ou prouver aux autres que je savais parfaitement jouer avec les sentiments des autres et les manipuler. Elle me demanda de m'expliquer, sans quoi elle s'en irait, me laissant planté la, je ne sais trop où exactement.

Soudain, son arme tomba au sol, et elle la ramassa ausitôt. Cepandant, elle ne me remit pas en joue avec, mais s'entailla par trois fois les poignets. Regardant perler le sang le long de son avant bras, et admirant presque la flaque de sang qui se formait peu à peu à ses pieds, elle me dit que j'étais lié à un monstre.

Mes jambes se débloquèrent soudain, et je pu bouger, comme si un charme s'était levé. Je m'agenouillais sur le sol, déchira la manche gauche de ma chemise et fit de ce morceaux de tissu un pansement de forturne que j'appliquais sur son poignets.
Je réussis également à bredouiller quelques mots, qui ne constituaient certainement pas les explications attendues, mais elle devrait s'en contenter.

-Non ! Je... Lilith ! Je ne voulais pas ! Enfin si je voulais mais !

Je fondi en larmes à ses côtés, et poursuivi :

-Excuse moi Lilith, je suis désolé, c'était stupide, mais plus fort que moi, je...

Je me trouvais incapable de poursuivre, et décidais donc de l'emmener à l'infirmerie, peut importe si je rencontrais Caliban, peut importe si jamais plus elle ne m'adresserait la parole, peut importe aussi le fait que moi, Araménis Blackard, moi qui détestais tout ce qui avait attrait au bien, peut importait que j'aie des sentiments envers elle : J'étais bien trop occupé à pleuré notre amitié probablement gâchée par mon acte... Je me suis tourné vers elle, ai repoussé une dread qui tombait devant son oeil droit, et lui dis, entre deux sanglots :

-Je t'aime...

[ HRP : Voila ^^ Et cette dernière phrase s'adressait autant à Lilith qu'à toi mon coeur I love you Pour ceux qui n'auraient pas compris, nous sommes ensemble Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rdg.forumactif.fr
Lilith Sevoth
Luxure

Luxure
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 25
Localisation : Dans une cave sombre, avec un sourire sadique aux lèvres... Tiens, vous êtes là?
Métier ou année d'étude : Quatrième
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Dim 15 Fév - 20:10

Après sa phrase à tendances mélo-dramatiques, Lilith tomba dans une sorte d'apathie étrange qui l'empêchait de réagir correctement. Elle aurait voulu le blesser le tuer, se tuer, lui faire mal, fuir... mais restait agenouillée au sol, incapable de bouger, de parler, quand dans sa tête se bousculait des dizaines de gestes qu'elle aurait dû faire. Elle laissa Araménis déchirer son vêtement et lui bander le poignet. Bandage de fortune qui ne tarda pas à se tâcher de rouge tandis que le sang imbibait lentement le tissu, fleur macabre qui s'épanouissait au détriment de l jeune fille. Elle ne disait toujours rien et regardait d'un oeil vide sa blessure. Elle savait qu'elle guérirait vite, si elle avait les bons remèdes... Ceux, entre autres, que'Adélaïde lui avait envoyé, ou qu'elle avait fabriqué elle-même. Son compagnon éclata en sanglots à ses côtés, ce qui n'eut pour effet que d'allumer en elle un peu d'agacement : il pleurait beaucoup, lui. Mais rien d'autre, puisque de toute façon, son cerveau s'était deconnecté quand il l'avait embrassé.

Il lui prit le bras, les larmes coulant toujours de ses yeux verts, et regarda vers un côté du couloir sombre -que Lilith savait ne pas être le bon étant donné qu'il débouchait, après une centaine de mètres, sur un cul-de-sac- comme s'il envisageait de partir d'ici. Elle conserva tout-de même son silence, regardant le garçon en pleurs essayer de l'amener... où ça, en fait? en tout cas, il s'y prenait mal. Il renonça à se relever, et se tourna vers elle. La jeune fille eut un pincement au coeur en voyant son visage humide de larmes. Le Colérique releva sa tête et rangea une dread qui était tombée devant son visage et dit d'une voix maladroit qu'il l'aimait.

Ce qui ralluma le cerveau de Lilith. Elle le regarda dans les yeux. Une étincelle brillait au fond du bleu des siens. Sa respiration s'accéléra de nouveau et elle se leva d'un bond, se surprenant elle-même et faisant sursauter Araménis. Sa poitrine se soulevait à intervalles rapides, ses yeux n'avaient pas lâché son ami du regard. Elle plissa les paupières, et sans lui laisser le temps de réagir ni de se préparer, elle se mit à hurler, déclenchant un concert de panique chez les rongeurs qui habitaient dans les souterrains:


" Tu es complétement cinglé! Tu m'aimes? TU M'AIMES? Tu as quatre ans de moins que moi et tu m'aimes? Tu sais qui je suis, tu connais mon moi profond et tu m'aimes? Tu sais où nous sommes, et tu oses dire que tu m'aimes, alors que je pourrais très bien te tuer tout de suite et qu'on ne retrouve que tes os par hasard, dans un an? Et tu arrives quand même à avouer ton amour? "

Elle se pencha, et, animée par une force étrange, elle empoigna Araménis par le col, le releva sans effort, le déposa sans réel ménagement sur le sol et le regarda un instant encore, cette étincelle luisant toujours dans ses yeux. Elle entrouvrit légèrement la bouche, passa sa langue ornée d'un percing argenté sur ses canines en forme de crocs, la referma... Elle n'avait pas lâché le col de chemise du garçon : la jeune fille se pencha et l'attira à elle dans un élan passioné, puis, animée d'une force presque sauvage, l'embrassa avec violence : elle ne connaissait pas la douceur. Elle passa ses bras autour de son cou et se pressa contre lui, victime de quelque chose qui la dépassait totalement. Dans un brusque sursaut de conscience, elle s'arracha à cette étreinte aussi brusquement qu'elle ne l'avait provoqué. Sa respiration ne s'était pas calmée, et elle recula un peu, tout en le regardant avec un sourire... avenant? provocateur? mutin? et murmura:

"Si malgré tout ça tu parviens à dire que tu m'aimes, c'est que j'ai réussi mon coup. Je t'ai eu, Araménis. J'ai toujours ce que je veux... Et là, c'est toi que je veux. Tu sais ce qui m'arrive, en ce moment-même? Je réalise que... je suis amoureuse de toi."

Voilà. Tout était dit. Elle rajouta, peut-être plus pour la forme que par sincérité :

"Et désolée pour... ce que je viens de faire...Tu m'en voie désolée."

[HRP: Nyo, merci I love you même si je doute que quelqu'un lira ce post ! Laughing
Maintenant, débrouille-toi avec ma (super) suite Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramenis Blackard
Colère

Colère
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 25
Localisation : Dans les plus sombres de vos cauchemards... ou peut être ne suis-je nulle part et partout à la fois?
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Lun 16 Fév - 15:59

Sa réaction ne se fit pas attendre, elle plissa les paupières et se mit à hurler que j'étais complètement cinglé, que lui avouer mes sentiments revenais presque à signer son arrêt de mort, et me rappela que, si elle le voulais, elle me tuais, tout de suite, et me laissais moisir ici, ou je servirais de nourriture aux rats et autres bestioles inquiétantes...

Elle se pencha vers moi, m'empoigna et me releva, puis me posa à terre comme ci j'étais un paquet de langes usagés. Elle attira soudain mon visage à elle, et m'embrassa avec force, de la manière la moins douce qu'il soit. Mais peu importait, ainsi, elle aussi éprouvait quelque chose. Le baiser ne dura qu'une poignée de secondes, et c'est elle qui y mit fin aussi vite qu'elle l'avait entreprit. Elle recula d'un pas, et me regarda avec un étrange sourire, dont je n'aurais su dire avec certitude la nature exacte.

-Si malgré tout ça tu parviens à dire que tu m'aimes, c'est que j'ai réussi mon coup. Je t'ai eu, Araménis. J'ai toujours ce que je veux... Et là, c'est toi que je veux. Tu sais ce qui m'arrive, en ce moment-même? Je réalise que... je suis amoureuse de toi.

Ainsi avoua-t-elle à haute voix les sentiments qu'elle éprouvait pour moi. Elle ajouta qu'elle étais désolée de ce qui c'était passé.

Ma seule réaction suite à cette déclaration, m'a surpris moi même. Je me mis à arborer un sourire qui se voulait inqiétant, un peu narquois, et dis :

-T'es quand même gonflée ! Tu me dis que je suis complètement fou de t'avouer mes sentiments, car tu n'es pas la petite fille sage qu'on pourrait croire que tu es, mais ma chère, tu n'es pas la seule de nous deux à être dans la plus grande école du mal ! Tu n'es pas la seule de nous deux à être profondément maléfique ! Ce n'est pas par ce que je suis beau, mignon, et que j'ai sans cesse l'air d'un parfait petit inocent que je suis gentil ! Qu'es ce que tu crois ?? Que je suis un petit être inoffensif ? Réveille toi Lilith, je ne suis pas non plus celui que tu crois que je suis...

Je me trouvais aussi désemparé qu'elle suite aux propos que je venais de déclamer, mais le lui montrer serait faire preuve de faiblesse. Je poursuivis :

-Moi aussi je pourrais fort bien t'assèner un ou deux coups de ciseaux, il ne faut jamais se fier à mon aparence, tu devrais pourtant le savoir ! Et laisse moi te poser une question, pourquoi te croîs tu supérieure ? Pourquoi pense tu que de nous deux tu es la plus machiavélique ? Si c'est simplement à cause du fait que je suis plus petit, tu te trompe grandement. Ho, bien sûr, je n'ai officiellement tué qu'un chat, mais qu'en savent réellement les psychologues ? Et qu'en sais tu, TOI ? Pourtant, tu m'embrasse et me dis que tu m'aime sans aucune crainte, et en plus, tu te permets de me dire que c'est toi qui m'as attiré dans tes filets ? Voyons Lilith, c'est incensé ! Aucu de nous n'a attiré l'autre !

Comment pouvait elle croire que j'étais à ce point ridiculement gentil ! Par ce que je pleure, c'est ça ? Je lui posais la question, en hurlant, cette fois :

-ET CE N'EST PAS PAR CE QUE JE PLEURE QUE JE SUIS FAIBLE ! NE CROIS PAS QUE QUELQUES LARMES SUFFISENT A CLASSIFIER QUELQU'UN EN TEMPS QUE GENTIL OU MECHANT ! TU DEVRAIS SAVOIR QUE C'EST BEAUCOUP PLUS COMPLEXE !

J'étais dans une colère folle, et elle semblait abassourdies par ce que je lui disais.

[ HRP : Héhé ^^ La voici remise en place, non mais ho Evil or Very Mad Oui, je doute que beaucoup de gens lisent ce post mais on sais jamais Wink Bonne chance pour ta réponse, ca devrais pas être trop compliqué... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rdg.forumactif.fr
Lilith Sevoth
Luxure

Luxure
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 25
Localisation : Dans une cave sombre, avec un sourire sadique aux lèvres... Tiens, vous êtes là?
Métier ou année d'étude : Quatrième
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   Ven 27 Fév - 0:55

[HRP: Clotûre effectuée =) ]

Après son aveu poignant et dramatique, Lilith se serait attendue à tout, sauf à la réaction qu'eut Araménis. Il se mit tout d'abord à lui rappeler où ils étaient, qui IL était, en somme, que l'habit ne faisait pas le moine. Puis il commença soudainement à s'énerver, se posant en victime paranoïaque et s'exitant tout seul. Pour finir, il hurla réellement que les larmes ne conditionnaient pas la faiblesse... ou un truc du même genre. La jeune fille resta abasourdie : cela paraissait invraisemblable qu'une personne normale puisse passer aussi rapidement d'un état à un autre, tout à fait différent. Oh, mais elle oubliait: elle était à l'Ecole du Flux, où les résidants étaient tout, sauf normaux. En plus, le garçon faisait partie de la Colère, il était donc logique qu'il s'échauffe pour un rien. Mais elle n'allait tout de même pas se laisser marcher dessus par un mioche, quand bien même en serait-elle amoureuse! Il restait un mioche. Sans s'énerver, avec un petit sourire narquois, Lilith répondit, tout en tripotant son pansement de fortune:

"Hé, t'excite pas, Araménis! Keep cool, sweety! J'admets avoir oublié où nous étions, je le reconnais. Il est vrai aussi que si tu es à l'Ecole du Flux, c'est pour une bonne raison. Seulement, il y a quelques paramètres à prendre en compte... Tout d'abord, nous nous trouvons dans les souterrains, que tu n'as pas eu l'occasion de visiter, alors que moi, je les connais par coeur. Dans le cas d'un affrontement, si je décide de fuir, je peux sortir d'ici, ce qui ne semble pas être ton cas. De plus, a moins bien sûr que tu ne cache un Mr Muscle sous ta chemise, je fais une bonne tête de plus que toi, et pèse deux fois ton poid. Ensuite... je ne prétends pas être la plus machiavélique, mais d'un point de vue objectif, c'est toi qui a craqué en premier (a moins que tout cela ne fasse partie d'une stratégie extrèmement intelligente et par conséquent hors de portée de mon petit cerveau, auquel cas, je m'incline devant ta supériorité)."

L'élève de la Luxure ôta son bandage et passa délicatement ses doigts sur la plaie qui se remit à saigner. Elle se lécha ensuite le doigt avec provocation. Puis elle reprit d'une voix tellement basse qu'elle ne sut pas s'il l'avait entendue ou pas:

"Et ne vas pas croire que je t'avoue mes sentiments sans aucune crainte. Tu ne sais pas grand chose de moi... Je sais parfaitement qu'une larme ne représente rien. On pleure de joie comme de tristesse. Ce que je crois, c'est que j'ai acquis ici une expérience que tu n'as pas..."

Elle passa sa main dans son dos pour effleurer avec douceur les cicatrices que lui avaient laissé le fouet de Caliban Leviaz. Elle se souvenait encore des ces jours si long, passés dans l'obscurité la plus totale... Et cette perversion la plus folle qui avait poussé le Directeur à lui ordonner de se flageller elle-même... Elle eut un frisson qu'elle dissimula. Puis regarda à nouveau Araménis, et vit qu'il avait réellement l'air en rogne... Elle regarda à nouveau son poignet, pour voir qu'une flaque de sang s'était formée au sol.D'un ton désinvolte, elle continua:

"Tu m'excuses, tu vas devoir me suivre même si tu es en pétard contre moi, sauf si tu veux rester ici... Je crois que j'y suis allée un peu fort, ça ne s'arrête pas de saigner... J'ai des bandes pas loin. Tu me suis?"

Lilith se mit en route doucement, et les mena en silence jusqu'à son repère, une salle éclairée artificiellement où elle se fit un pansement correct avec les bandes qu'elle stockait là en prévision. Tout était rangé.Pas de poisons dans le coin. Après s'être soignée, la jeune fille se tourna vers Araménis qui peut-être était toujours en colère, et lui fit signe de la suivre.Ils remontèrent dans le Hall. Maintenant, qu'il pouvait se repèrer... Elle se pencha vers lui et l'embrassa furtivement. Puis, avant de tourner les talons et de s'enfuir vers son Dortoir:

" Si tu décolère contre moi, tu sais où me trouver..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attente contre apparition... [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attente contre apparition... [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apparition (LIBRE mais quelqu'un pitié ^^")
» Si tu n'es pas avec moi, tu es contre moi! [Libre]
» HAITI COMPLOT CONTRE ET POUR LA DERIVE !PATI DE PWOBLEM ET DE SOLUTIONS
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Val des Ombres :: L'Ecole du Flux :: Extérieur :: Dortoirs de la Colère-
Sauter vers: