AccueilFAQRechercherPartenairesS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Salluste Mammon ~ Professeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Salluste Mammon
Avarice ~ Professeur

Avarice ~ Professeur
Salluste Mammon

Nombre de messages : 235
Age : 32
Localisation : Sur/sous un tas d'or
Métier ou année d'étude : Professeur responsable des élèves de l'Avarice - Comptable
Date d'inscription : 14/02/2008

Salluste Mammon ~ Professeur Empty
MessageSujet: Salluste Mammon ~ Professeur   Salluste Mammon ~ Professeur EmptyVen 15 Fév - 18:08

0 Nom : Mammon

0 Prénom : Salluste

0 Age : 31ans, 7mois, 10 jours, 5 heures, 13minutes et 26 secondes.

0 Famille :

° Balthazar Mammon : Banquier, boursier, Actionnaire, propriétaire et homme d’affaire de son état, le père de Salluste a voué sa vie à l’argent. En cumulant ses fonctions, travaillant jusqu’à épuisement chaque jour de sa vie, il a amassé une fortune colossale, démesurée. Il amassait les richesses, les propriétés terrestres, les habitations plus luxueuses les unes que les autres, les voitures, les bijoux et… les conquêtes amoureuses. Ce train de vie sans pitié lui valut la mort. Il décéda d’épuisement, laissant derrière lui un seul héritier pour son empire : Salluste.

° Eugénie Scrooge : âge indéterminé et profession inconnue, non fixe et variant sans cesse, accumulant de petits jobs sans grands intérêts pour trouver de quoi subsister. Elle est pauvre, c’est une misérable. Il n’y a rien à en dire, économisons soigneusement notre salive, si ce n’est qu’un soir où elle entrevit le rêve d’une richesse sans limite, elle coucha avec Balthazar Mammon. De cette union d’un soir naquit Salluste. De sa mère, il ne garde que la couleur de ses cheveux : Roux.

° Le reste : Il est fils unique, tout comme son père et son grand père. C’est une sorte de tradition dans la famille : faire un fils, un seul. On raconte que son grand père, Ebenezer Mammon, qu’il n’a pas connu, aurait eu trois filles avant de faire naître le père de Salluste… Il les aurait tuées froidement, dédaignant le moindre remords quand à son geste. L’arbre généalogique de Salluste est donc assez simple : une ligne droite qui ne prend garde qu’aux mâles de la famille, qui se transmettent de génération en génération le goût de l’argent et du luxe, le tout agrémenté d’un héritage colossal.

0 Description Physique :

- 5038, 5039, 5040, 5041…

Une pièce dorée luisant des reflets de l’or, voilà où vous êtes, cerné de pièces, d’argent, plus brillantes les unes que les autres. Une voix résonne et vous parvient aux oreilles dans un tintement clair faisant penser à toute cette monnaie empilée autour de vous en tas soigneusement rangés selon des dispositions qui frôlent ce qu’on pourrait appeler une précision d’orfèvre. La voix, masculine, mais claire, semble compter, sans s’arrêter et à intervalles réguliers, produisant entre chaque son un petit bruit de métal précieux.

- 5042, 5043, 5044, 5045…

Vous vous approchez, curieux, et pouvez maintenant percevoir un être de dos, assis dans un fauteuil riche en ornements et parés de dorures fines et ouvragées. Vous ne percevez du personnage assis que sa tête, penchée en avant sur le bureau non moins fastueux où s’amoncellent d’autres pièces de monnaie en or. Vous ne pouvez pour ainsi dire voir qu’une touffe de cheveux d’une couleur comprise entre le roux et le rouge, dont la disposition décoiffée et quelque peu hirsute semble néanmoins calculée. Vous entendant arriver, l’homme interrompt son compte et se tourne vers vous. Vous apercevez d’abord son oreille droite, frétillant au bruit de vos pas qui crissent sur le sol carrelé. Le lobe de cette oreille est percé de deux anneaux d’or, dans le cartilage, et une petite chaîne d’argent au bout de laquelle pend un diamant. Le mouvement de rotation se poursuit, lent et calculé, pour vous dévoiler le reste de cette chevelure rouge/rousse, qui encadre avec soin un visage à la peau pale, sans être blanche. Des mèches plus longues lui barrent le front et quelques unes d’entre elles tombent en travers des deux yeux de l’individu, dont vous apprendrez bien vite qu’il se nomme Salluste Mammon. Il vous regarde maintenant avec un air mêlé de curiosité et de lassitude. Ses longs cils roux surmontent une paire d’yeux jaune mat, semblable à la couleur d’un or ancien et qui aurait perdu son éclat. Si sa couleur a perdu son éclat, ce n’est pas le cas de son regard, toujours illuminé d’une lumière d’intérêt qui crie au visiteur ‘Vous avez quelque chose pour moi ?’

Le reste du visage est somme toute assez plaisant à regarder. Les traits fins et que certains pourraient qualifier d’efféminés, l’homme est cependant bien un représentant de la gent masculine, le prouvant par une pomme d’Adam qui sans être protubérante est pourtant bien présente. Son nez fin se soulève alors qu’il vous regarde de la tête aux pieds, suivi, plus bas, par son menton discret, se fondant dans la forme de son visage élancé.

Après ce regard, l’être se lève pour vous faire définitivement face. Dans un geste plein de grâce qui caractérise les bourgeois de valeur, l’élégance de la noblesse mêlée à la fougue de leur état, il vous tend une main gantée aux doigts fins, mais comme crispés. Comme s’il arborerait plus que tout de vous la donner. Son autre main, elle aussi gantée de blanc, tient une paire de lunette aux couleurs de l’or, aux verres teintés de ce même ton pour assurer à son porteur une vision toute dorée des choses et personnes qui passent à proximité. Pourtant, ici, il la tient simplement en main, en portant une branche entre ses lèvres fines, la mordillant de ses dents blanches et parfaitement alignées.

Les habits qu’il arbore sont emprunt de luxe. D’une couleur tranchant fortement avec le doré de la pièce, le cyan, ils semblent revêtir une grâce accordée seule aux plus beaux diamants. Son habillement est donc, sans être tout entier de la même couleur, ce qui ne serait ni classe, ni élégant, se constitue de nuances de cyan et de blanc. Il porte une chemise au col échancré ouvert largement sur son torse à la peau pâle, où l’on peut deviner des muscles finement sculptés. Une broche dorée est accrochée à sa boutonnière, tranchant sur son costume avec finesse.

Sa stature est mince, élancée et gracieuse. Voyant que vous n’avez ni ne pouvez rien pour lui, il se retourne vers son bureau pour s’assoir à nouveau, et reprendre inlassablement son décompte où il l’avait laissé, avec patience et exactitude.


- 5046, 5047, 5048…

0 Caractère :

Pour une analyse perspicace et détaillée du caractère de Salluste, peut-être faudrait-il le laisser parler de lui-même…

- Radin ? Pas le moins du monde… Pingre ? Du tout ! Avare ? Bof… Cupide ? Je ne pense pas… Grippe-sous ? Vous n’y êtes pas… Rapace, intéressé, regardant, mesquin, ladre ? Non, non et re non… Je suis avant tout quelqu’un d’économe, voyons…

Hmm… Peu crédible finalement… Reprenons donc une description classique…

Salluste est proche de l’argent, de l’or et de toutes les choses précieuses et matérielles qu’il peut amasser et garder rien que pour lui dans sa tour, vivant parmi ses objets, qui lui appartiennent à lui seul et à personne d’autre. Il les garde jalousement de quiconque désirerait s’en approcher, voire même s’en saisir. Son vice est l’avarice, et ce n’est pas pour rien.

Il a toujours été proche de l’argent, plongé dedans, et il s’y est très nettement habitué, ne pouvant accepter d’en avoir moins, et recherchant toujours des moyens d’en avoir plus. Malgré une nonchalance apparente lorsqu’il n’est pas question de travail, il est ambitieux et travailleur, et s’échine à une précision nette quand il s’agit de faire ses comptes. Il est possessif, forcément, et désire tout ce qui ne lui appartient pas, ne dénigrant pas pour autant ce qui lui appartient déjà. Tous les biens matériels qu’il peut posséder, il va tout faire pour les avoir.

Mis à par ce côté vicieusement sombre de son caractère, qui prend tout de même une grande partie de son être, il peut s’avérer un bon compagnon en société. Il ne faudra pas pour autant lui demander de l’aide pour quoi que ce soit. Il s’économise pour les tâches qu’il chérit, compter et recompter son argent, par exemple. Il est aussi borné, et il est difficile de lui faire changer d’avis. Il va sans dire qu’il a des nettes tendances capricieuses.

Bien qu’il ne soit pas réellement méchant intentionnellement, c’est un égoïste fini et il peut faire du tort à autrui si ça lui fait du bien à lui. Ce n’est pas du sadisme, ni même de la cruauté, juste un désintérêt global de ce qui ne lui peut appartenir. Ayant la même tendance que son père, il a une nette tendance à vouloir accumuler les femmes, possessif à souhait, bien sûr, et généralement, elles ploient sous son charme fastueux, et sous la promesse, vénales qu’elles sont, d’avoir une rente confortable aux côtés du professeur Mammon. On ne peut pas dire, cependant, qu’il leur est aussi fidèle qu’à ses pièces d’or, qui déclenchent parfois chez lui comme des transes languissantes…

En gros, il aime avoir le beurre, l’argent du beurre, la crémière et la crèmerie qui va avec…


0 Particularité :

Son amour inconsidéré pour l’argent le pousse à toujours avoir sur lui deux pièces fétiches en or, qu’il triture sans cesse, jouant avec entre ses doigts avec habileté. Lorsqu’elles ne sont pas dans le creux de sa main, elles traînent dans une de ses poches, où elles ne restent pas longtemps sans un contact avec ses doigts…
Autre particularité, il voit la vie en doré avec ses lunettes à verres colorés spécialement conçues pour ça. Ne pas s’étonner donc si sa vision chromatique s’en ressente troublée, qu’il les porte ou non, d’ailleurs, puisque quand il les retire, tout semble se teindre dans un bleu diamant, clair, mais présent
.

0 Pouvoir :

Mémoire eidétique :
Le Flux affecte les cellules du cerveau concernant la mémoire, permettant à l'infecté de se rappeler de la totalité de ses souvenirs, de ses rêves et de tout ce que son cerveau a stocké. Néanmoins cela dépends bien sûr de ce sur quoi il c'est focalisé au moment où se passait l'action, si un oiseau passait et qu'il regardait attentivement une fleur il ne pourra pas se souvenir de l'oiseau sont attention ayant été accaparée par la fleur.

0 Péché : Avarice

0 Charge : Professeur responsable des élèves de l’avarice. Enseigne l’arnaque et la stratégie militaire.


Dernière édition par le Ven 15 Fév - 22:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salluste Mammon
Avarice ~ Professeur

Avarice ~ Professeur
Salluste Mammon

Nombre de messages : 235
Age : 32
Localisation : Sur/sous un tas d'or
Métier ou année d'étude : Professeur responsable des élèves de l'Avarice - Comptable
Date d'inscription : 14/02/2008

Salluste Mammon ~ Professeur Empty
MessageSujet: Re: Salluste Mammon ~ Professeur   Salluste Mammon ~ Professeur EmptyVen 15 Fév - 18:13

0 Histoire :

1. Genèse :

Au commencement, il n’y avait rien. Les ténèbres entouraient le monde, et les fluides chauds flottaient autours de lui. Il avait été vainqueur, parmi des millions. Il était l’Elu, celui qui allait être promis à la vie. Neuf mois plus tôt, son père avait bu, un soir où la fête battait son plein, et s’était mêlé, une fois n’est pas coutume, avec des gens du peuple, moins riches que lui, et inintéressants au point de vue professionnel. C’était une soirée, et tous dansaient et faisaient des rondes joyeuses derrière des masques chatoyants de couleurs diverses et vives. L’alcool coulait à flot et le sieur Balthazar Mammon fit la connaissance d’une jeune femme dénommée Eugénie. Une fille de la rue, une pauvresse qui allait à ce genre de soirées dansantes pour trouver un beau parti afin de le séduire. Et il n’y avait pas ce soir de meilleur parti que Balthazar, si bien qu’elle s’en approcha bientôt. Ils firent connaissance, et ce qui devait arriver arriva. La course fut lancée, et les petits êtres ovoïdes munis d’une queue comme seul moyen de transport s’agitaient vers l’inconnu, à la recherche de leur Saint-Graal. Et ce fut un d’entre eux, le plus vif, le plus costaud et le plus débrouillard qui parvint le premier à atteindre son but. Il entra dans le palais qui allait l’accueillir pendant tout le temps de sa gestation, comme dans une poche confortable et chaude. Il s’y était installé et avait beaucoup changé. La place commençait à manquer. Il voulait plus, déjà.
Alors, il entreprit de sortir de son antre, et les ténèbres s’effacèrent. De la noirceur naquit une lueur, faible et orangée, qui de plus en plus prenait de l’intensité, jusqu’à atteindre son paroxysme, la clarté extrême du monde dans lequel il mettait les pieds pour la première fois.
Alors qu’il inspirait pour la première fois, Salluste faillit mourir étouffé. Dès sa naissance, il ne supportait pas de rendre l’air qu’il avait saisit au vol.
Par la suite, les médecins expliquèrent ça par une obstruction momentanée des voies respiratoires, puisqu’il se remit soudainement à respirer… Il avait compris que ce souffle n’était rien, et que ce qu’on lui avait réellement donné, c’était là vie. Celle à laquelle il allait s’accrocher, celle que personne ne pourrait lui prendre… De la nuit naquit le jour…

Ainsi, elle contribua à créer un monstre de matérialisme.


2. Exode :

Une soirée sombre, un cri perçant déchira le voile d’obscurité qui ne tarda pas à laisser place à la lueur d’une lampe-torche qui éclaira la face hurlante du petit Salluste. Il avait été sevré récemment, et sa mère, abandonnée à sa grossesse par le père de l’enfant, ce banquier ingrat et rustre. Cette fois, c’était elle qui allait abandonner la progéniture dont elle n’avait que faire. Elle s’était faufilée dans les ombres, déposant son paquet devant la porte de la noble demeure. Le panier ne contenait qu’une lettre, avec en dessous, un enfant aux cheveux vifs comme le feu. Lorsque la lumière s’abattit sur ses yeux, il entendit pour la première fois la voix de son père, qui venait de lire la lettre qui lui était adressée.

« Salluste, la prophétie de la famille s’est réalisée. La nuit m’a apporté un fils, un unique fils, et tu hériteras de tous mes biens… »

Cette promesse résonna en lui comme un but de sa vie : l’argent et les choses matérielles. Il n’avait alors que quelques mois…

Ainsi, il contribua à fabriquer un monstre de convoitise.


3. Lévitique :

« 350+775 ? »

Dans la classe de cette école privée et prestigieuse, un seul doigt de levé, trépignant, toujours le même, d’ailleurs. La maîtresse n’en pouvait plus de cet enfant qui prétendait détenir toutes les vérités. Elle reconnaissait ses connaissances surprenantes pour son âge, et son esprit mathématique irréfutable mais ça commençait à l’agacer qu’il réponde tout le temps… Si elle savait que c’était de sa faute. Cette vieille rombière, détritus de l’enseignement primaire ayant passé sa vie à former des enfants à leurs études futures, avait instauré depuis bien longtemps dans sa classe un système élitiste et méritocratique. C’est celui qui répondait le plus vite et le plus justement qui obtenait points et récompenses. Au début, c’étaient des bonbons, des images, mais plus on accumulait de bons points, plus les cadeaux étaient conséquents…

Elle attendait, silencieuse, dédaignant répondre à l’appel du doigt brandi comme un étendard sous cette main avide de répondre. Mais aucune autre ne se levait. Elle poussa un soupir résigné et se tourna vers le rouquin aux yeux d’or.


« Oui, Salluste… Tu as la réponse ? »

« 1125, m’dame ! »

La voix de l’enfant n’avait pas souffert de la moindre hésitation, et avait résonné clair dans le local de cours. Oui, c’était la bonne réponse, et l’élève en était sûr. Elle le savait, et rageait intérieurement de ne pas pouvoir lui demander s’il l’était vraiment, de peur que l’élève ne lui rétorque une nouvelle fois sans hésiter qu’il était certain de sa réponse. Elle leva les yeux au ciel et sourit à Salluste pour marquer qu’il avait raison. Ce petit la rendait folle. Il accumulait les récompenses sans jamais en avoir son soûl. En 45ans de carrière, elle n’avait jamais vu ça… Elle le pensait intelligent. Il l’était, mais cette intelligence était motivée par autre chose : les récompenses matérielles.

Ainsi, elle contribua à forger un monstre de cupidité…


4. Nombres :

Il sortit un an à l’avance de l’école primaire, avec tous les honneurs qui plus est. Et c’est à partir de ce moment que son père, bête de travail, l’initia aux choses de l’argent, comme l’avait fait son propre père. Balthazar savait qu’il était inutile d’amasser les richesses si elles allaient être perdues à la génération suivante. Il lui apprit donc à économiser, à placer en bourse, à gagner de l’argent, à arnaquer la société pour moins payer. Tout ce qu’il lui apprit se dirigeait dans cette direction, une accumulation sans fin des biens physiques et matériels, d’argents et de propriétés. Son adolescence fut donc nourrie par cet enseignement strict dans la maîtrise de l’économie, du marché. Les systèmes bancaires n’eurent plus aucun secret pour lui dès ses 15ans, et il se faisait un malin plaisir de suivre avec précision les cours de la bourse, plus tard, n’hésitant à aucun instant à faire s’effondrer le marché pour rendre ses actions plus prolifiques et juteuses. Son père le soutenait toujours dans ses démarches, lui expliquant encore et encore les pièges de la consommation. Il finit par lui inculquer une morale : Tout excès était une mauvaise chose, mis à part l’excès d’argent, puisque celui-ci n’était jamais en excès. Mais si Balthazar avait cette notion de futures générations, il n’en était pas de même pour Salluste, qui s’en moquait éperdument. C’est lui qui posséderait, et non son héritier, le jour où il en aurait peut-être un.

Ainsi, il contribua à créer un monstre de ladrerie.


5. Apocalypse :

19 ans, il avait atteint sa majorité et en profitait amplement. Il avait déjà amassé pour lui une fortune confortable, convoitant secrètement celle de son père qu’il recevrait en héritage. Son paternel, bien qu’il l’aimait, était plus considéré comme un formateur, une source de revenus qu’un vrai père. Il n’avait pas réellement d’avenir, puisque s’il était épris de l’or et de l’argent, il n’aimait pas travailler autant que son père le faisait. À quoi ça pouvait servir de jouir d’autant de biens si on ne pouvait en profiter par manque de temps ? Il se démarqua donc de sa famille, de tous ses ancêtres, de cette façon. Son père, aveuglé par l’amour inconsidéré qu’il portait pour son fils, obéissait à tous ses caprices, et ce depuis son plus jeune âge. Puis, vint le temps où il décida de lui trouver un boulot qui lui conviendrait. Il avait ouï dire qu’une école un peu spéciale allait ouvrir ses portes. Un école du mal, une école qui s’avérait prospère pour placer un moment son argent. Et un plan diabolique naquit dans la tête de Balthazar. Puisque seul l’argent de son père intéressait Salluste, celui-ci en fit don à l’Ecole du Flux pour qu’elle soit créée. Il fit promettre à Caliban Leviaz, en échange de son argent, qu’il accepterait Salluste au poste de professeur.
Ça ne posa visiblement aucun problème, puisqu’il fut embauché, et un don important fut légué à l’école.
De voir partir tout cet argent irrita au plus profond Salluste, qui se promit qu’il allait le récupérer. Son père lui dit alors qu’il ne pourrait le récupérer qu’en travaillant pour cette école, et il accepta donc le poste, de mauvais gré au début, mais il s’y accoutuma rapidement. Bientôt, il fut nommé économe de l’établissement. Désormais, c’est lui qui régna sur l’argent de l’Ecole, en plus du sien.
Ça faisait 9ans qu’il enseignait quand il apprit que son père était mort d’épuisement. Il n’en fut attristé qu’à moitié, car s’il perdait un proche, il gagnait tout son précieux héritage, qui gonfla encore plus ses comptes en banque et son amour inconsidéré de l’argent.

Ainsi était né un monstre d’avarice


Dernière édition par le Ven 15 Fév - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caliban Leviaz
Envie ~ Directeur

Envie ~ Directeur
Caliban Leviaz

Nombre de messages : 1050
Age : 31
Localisation : Dans son labo, dans son bureau... des endroits comme ça.
Métier ou année d'étude : Directeur et Professeur responsable de l'Envie.
Date d'inscription : 30/12/2007

Salluste Mammon ~ Professeur Empty
MessageSujet: Re: Salluste Mammon ~ Professeur   Salluste Mammon ~ Professeur EmptyVen 15 Fév - 23:23

Parfait ! Merci beaucoup de t'être proposé pour nous rejoindre !

Voilà, et bien je te déplace dans les validés, et je te transforme en post-it.

_________________
Salluste Mammon ~ Professeur Calibansign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://val-des-ombres.forumactif.com
Contenu sponsorisé




Salluste Mammon ~ Professeur Empty
MessageSujet: Re: Salluste Mammon ~ Professeur   Salluste Mammon ~ Professeur Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Salluste Mammon ~ Professeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Professeur Gérard V. Étienne est mort. Paix à son âme.
» Arrivée du Professeur Flitwick et de Gregory Goyle
» Ted Wannenby / Professeur de Transplanage [validé]
» Mammon ou un démon sans chaînes
» c est l anniversaiire de geraldine goffin .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Val des Ombres :: Hors Jeu :: Fiches Personnages :: Fiches Acceptées : Adultes et Equipe Pédagogique-
Sauter vers: